qrcode:https://liberte-actus.fr/225

Cet article est lisible à cette adresse sur le site Liberté Actus :

https://https://liberte-actus.fr/225

Flachez le qrcode suivant pour retrouver l'article en ligne

Alexandros Michailidis/shutterstock
Élections

Afrique du Sud : statu quo libéral ou virage social

Accès sur connexion
Temps de lecture : 3 minutes

Mot-clé

Afrique du Sud

Le mercredi 29 mai 2024, les Sud-Africains se sont rendus aux urnes pour les septièmes élections générales depuis la fin de l’apartheid. Ils ont élu les membres de l’Assemblée nationale d’Afrique du Sud, ainsi que ceux des assemblées des neuf provinces du pays. À cette occasion, ils ont envoyé plusieurs messages, dont celui qui a retenu l’attention des médias : la baisse significative du vote en faveur de l’African national congress (ANC).

Même si elle est arrivée largement en tête avec 40,19 % des voix, l’ANC passe pour la première fois en dessous de la barre des 50 % et n’aura pas, par conséquent, de majorité absolue à l’Assemblée nationale qui élit le président de la République. Sur les neuf provinces que compte le pays, l’ANC a la majorité absolue dans cinq et arrive en tête dans deux autres, dont le Gauteng (la plus urbanisée du pays avec Pretoria, la capitale administrative, Johannesburg, la capitale économique et le plus…

Il vous reste tant à découvrir...

Pour lire la suite de cet article créez-vous gratuitement un compte sur Liberté Actus.

Déja abonné ?

Identifiez-vous

Message d'abonnement

Ces articles peuvent vous intéresser :

Agro-industrie Vers la création d’une bourse céréalière des BRICS+

Les BRICS+, avec l’ajout de nouveaux partenaires, renforcent leurs positions sur plusieurs fronts à la fois. De nombreuses annonces sont prévues cet été à Kazan, en Russie, lors du 16ᵉ sommet. La création d’une bourse céréalière est ardemment souhaitée par la Russie. L’annonce bouscule déjà un marché international dominé depuis des décennies par les grands trusts céréaliers.

Élections Une victoire au goût amer en Inde

Si le Premier ministre indien sortant, le nationaliste Narendra Modi, est sorti vainqueur du scrutin national qui s’est déroulé en sept phases étalées sur une période de six semaines, sa victoire a un goût amer. Les quelque 642 millions d’électeurs qui ont pris part à cette consultation marathon, soit une participation de 66,3 %, ont refusé à l’homme fort du gouvernement et à son parti le Bharatiya Janata party (BJP) la majorité absolue qu’ils détenaient à la Lok Sabha (Parlement) depuis 2014.